En novembre 2022, j’ai eu l’envie et l’idée de créer ma propre boutique d’accessoires pour chiens dans la métropole bordelaise. Cependant, je n’avais aucune connaissance en marketing, commerce, comptabilité, et bien d’autres domaines nécessaires.

J’ai rapidement compris que j’aurais besoin d’aide, alors ma première réaction a été de me tourner vers les structures d’accompagnement proposées par la région et Pôle Emploi. Malheureusement, ces « accompagnements » se limitaient à des rendez-vous téléphoniques tous les deux mois ou des rencontres en personne où l’on me disait simplement de réaliser une étude de marché, sans réelle guidance ni exemples concrets.

Ces démarches ne répondaient pas à mes attentes, et je ne trouvais pas de personnes véritablement investies dans mon projet

C’est alors qu’une amie m’a parlé des incubateurs, un milieu que je ne connaissais que peu. Trouver un incubateur spécialisé dans mon secteur d’activité n’était pas évident.

J’avais le choix entre « Les Premières » et « La Ruche », alors j’ai postulé aux deux et j’ai été acceptée dans les deux programmes.

J’ai opté pour « Les Premières » à Darwin, car elles ont été les premières à répondre à ma candidature et à proposer des dates de formation rapidement. Personnellement, j’aime agir rapidement, et je me souviens qu’un jour Pôle Emploi m’a reproché d’aller « trop vite » et de vouloir des réponses institutionnelles trop rapidement. Cette remarque m’a fait réaliser que j’avais fait le bon choix en quittant le domaine social.

Ainsi, j’ai intégré le programme « Boost » des Premières en Nouvelle-Aquitaine. Nous assistions à deux cours collectifs par mois sur divers sujets liés à la création d’entreprise, tels que l’identité de marque, la communication, l’étude de marché, la stratégie commerciale, la négociation, etc. En plus, nous avions droit à 12 heures d’accompagnement individuel.

Personnellement, j’ai trouvé que cela correspondait à mes besoins. Certains ateliers ne m’ont pas forcément passionnée, mais d’autres étaient très utiles. En parallèle, je me suis renseignée grâce à mon réseau personnel et j’ai assisté à des événements pour entrepreneurs où des banques et d’autres intervenants tenaient des conférences. Cela m’a énormément aidée.

Concernant, l’accompagnement individuel j’ai pu travailler avec Laure Lapégue sur divers sujets, tels que la stratégie de communication, l’identité de la marque et mes personas a été particulièrement précieux. Elle a été un véritable pilier et un soutien quotidien. En ce qui concerne la comptabilité, Christophe m’a aidée à fixer mes tarifs et à rendre mon projet viable. Aujourd’hui, je continue à travailler avec lui en dehors des Premières pour qu’il soit mon conseiller financier chez Grogne. Avec ses 30 ans d’expérience dans la gestion d’hypermarchés, je lui fais entièrement confiance, et je suis ravie de poursuivre cette collaboration.

J’ai suivi un programme de 6 mois, et j’ai été l’une des rares de ma promotion à pouvoir présenter mon dossier en commission de validation en juin 2023. Je reçois souvent des félicitations des partenaires des Premières pour avoir bouclé ce dossier en si peu de temps.

Ce programme et cet incubateur ont été essentiels dans la création de mon entreprise. Cependant, je ne peux pas sous-estimer l’importance de mon réseau personnel qui m’a beaucoup aidée, notamment sur des sujets spécifiques tels que le droit et la propriété intellectuelle.

Si je peux donner un conseil, ce serait de ne pas tout attendre des incubateurs. Ils ont leur propre mode de fonctionnement, qui peut ne pas être aussi parfait que vous l’imaginiez. Les cartes sont toujours entre nos mains, à nous de les jouer au mieux !